Le percarbonate de soude comme détachant (est-ce un miracle superpuissant?)

J’ai découvert le percarbonate de soude dans une story de Tendance radis (ce type de contenu a été transféré sur le Circuit Zéro Déchet) où Cindy testait différentes méthodes pour nettoyer des linges de maison. À voir la couleur de l’eau qui restait dans la casserole qu’elle a utilisée (lire ici un beau brun!), j’ai été immédiatement convaincue qu’il fallait l’essayer sur mes linges. Et ce fut la révélation! Question évidente: pourquoi n’avais-je jamais entendu parler de cette merveille et quelle est l’attrape?

C’est un produit qui existe depuis longtemps et aurait (au Québec) porté le nom de bleu à laver. Le produit commercial vendu à l’époque contenait aussi du bleu de méthylène qui, lorsqu’on en ajoute quelques gouttes à la lessive, ravive les blancs. J’avais émis l’hypothèse que l’utilisation du percarbonate de sodium aurait perdu en popularité parce que d’autres produits plus faciles à utiliser ont été commercialisés. Si, certes, il y a quelques inconvénients mineurs (il faut porter des gants, limiter la concentration du produit, parfois attendre le temps du trempage), cela me semblait un peu mince comme raison (l’eau de javel, par exemple, est toujours dans nos maisons) et je n’ai rien trouvé qui confirme cette hypothèse. J’ai donc demandé à ma grand-mère! Elle associe sa disparition aux nouvelles machines à laver qui n’avaient pas de compartiment pour le trempage. À suivre…

À défaut de savoir d’où il vient, il faudrait au moins savior ce qu’est le percarbonate de soude. Difficile de trouver un site qui ne parle pas du percarbonate de soude comme un produit miracle, superpuissant, écologique, bien meilleur que l’eau de javel… Je suis assez peu encline à penser que quoi que ce soit soit un miracle et il semble y avoir confusion autour des différents produits (percarbonate, carbonate, bicarbonate…). J’ai donc ressassé mes lointains souvenirs des cours de chimie du cégep pour ajouter une pincée de rationalité à cette histoire.

C’est quoi?

C’est une granule blanche qu’on dissout dans l’eau, qui agit comme dégraissant et comme détachant.

La formule chimique est 2 Na2CO3 3 H2O2 ou, de façon équivalente, C2H6Na4O12

Il est appelé percarbonate de soude ou de sodium et, dans certains textes à saveur plus scientifique, carbonate de sodium peroxyhydraté.

Comment ça fonctionne?

On l’ajoute à la lessive et les taches disparaissent. Mais pourquoi?

Lorsque qu’il entre en contact avec l’eau, le percarbonate de soude (2 Na2CO3 3 H2O2) se décompose en deux composantes, le carbonate de sodium (Na2CO3) et le peroxyde d’hydrogène (H2O2). Le carbonate de sodium (Na2CO3) se décompose en Na+ et CO32-. La solution de carbonate de sodium dans l’eau est alcaline, ce qui permet à la saponification de s’opérer: le CO32-se lie aux graisses présentes dans les taches, créant du savon. L’ion de sodium restant (Na+) est le même que celui que vous créeriez en versant du sel de table dans un verre d’eau.

Le peroxyde d’hydrogène (H2O2), en se décomposant, agit comme blanchissant. Le phénomène exact qui opère semble être le sujet de débat, mais on obtient deux résultats:

  • Les chromophores, qui sont les groupements d’atomes qui donnent la couleur aux taches, sont brisés lorsque la molécule de peroxyde d’hydrogène est elle-même brisée ce qui rend la tache plus facile à retirer
  • La majorité du peroxyde d’hydrogène sera transformée en H2O (eau) et O2 (oxygène). L’oxygène, en s’échappant, fait de petites bulles et un petit bruit de pétillement

Le peroxyde d’hydrogène est un blanchissant dit à l’oxygène, qui préserve la couleur des vêtements si la concentration est raisonnable.

Est-il différent des autres produits (p. ex. l’eau de javel)? Si oui, pourquoi?

Comme je le disais plus tôt, il semble régner une confusion autour des termes à utiliser. Quoi de mieux qu’un tableau aide-mémoire pour clarifier le tout? Pour ceux d’entre-nous que la lecture rebute, on dira pour simplifier que le percarbonate de sodium est le seul des composés listés ci-dessous qui combine une action dégraissante et blanchissante

ProduitFormule chimiqueComparaison avec le percarbonate
Percarbonate de sodium2 Na2CO3 · 3 H2O2
Bicarbonate de sodiumNaHCO3On a le carbonate et le sodium, mais un hydrogène s’est glissé entre les deux, ce qui en fait, malgré un nom similaire, un produit très différent (bien qu’aussi très utile)
Cristaux de soude, carbonate de sodiumNa2CO3Le carbonate de sodium est la composante du percarbonate de sodium qui agit sur les graisse, mais il y manque le peroxyde d’hydrogène qui agit comme blanchissant
Soude caustique, soude, lessive de soudeNaOHIl est très corrosif, plus utile pour déboucher vos canalisations que pour vos textiles.
Drôle de nom, lessive de soude, pour quelque chose à ne pas utiliser pour la lessive, non?
Eau de javelNaClOUn agent blanchissant, comme le peroxyde d’hydrogène. Les blanchissants au chlore sont réputés plus agressifs que les blanchissants à l’oxygène.
Peroxyde d’hydrogèneH2O2Le peroxyde d’hydrogène est la composante dégraissante percarbonate de sodium, mais il y manque le carbonate de sodium qui agit sur les graisses

Est-il vraiment écologique?

Le produit le plus écologique est celui qu’on n’utilise pas. Cependant, si vous avez une tache tenace qui résiste à tout, vaut mieux tenter de l’enlever plutôt que de remplacer l’item, ce qui n’est pas écologique non plus (l’item le plus écologique est celui que l’on n’achète pas).

Le percabonate de soude se dissocie complètement lorsqu’il est mélangé à l’eau. On évalue donc l’impact de chacune des composantes qui résulte de la dissociation: Na+, CO32-, H2O2

  • Le sodium (Na+) est déjà présent en grande quantité dans l’environnement.
  • Le carbonate (CO32-) peut modifier le pH de l’eau dans laquelle il est rejeté. Cependant, cet effet devrait être neutralisé lorsque l’eau est traitée avant d’être rejetée dans la nature.
  • Le peroxyde d’hydrogène (H2O2) est présent naturellement dans l’environnement et est considéré biodégradable. Il se dégradera normalement assez rapidement (entre quelques minutes et quelques heures), notamment lors de son passage dans les égouts.

Où le trouver?

C’est finalement ici que se trouve l’attrape: le produit est assez répandu, mais il se cache derrière le logo d’un produit commercial. Vous en avez peut-être déjà à la maison car ces produits sont connus du grand publics (sous les noms OxiClean ou Clorox au Canada par exemple). La concentration de percarbonate de sodium dans ces produits est variable: certains ajoutent plus de carbonate ou de peroxyde d’hydrogène par exemple.

Si vous avez une grande surface à détacher (p. ex. un drap) ou que vous êtes un adepte du zéro déchet, vous voudrez peut-être l’acheter dans sa forme pure, en poudre. Il se trouve en général dans les épiceries en vrac et dans des magasins qui proposent des produits pour la fabrication de savon. Si vous êtes à Montréal, vous en trouverez chez LOCO, Vrac & Bocaux, Coop Coco, Tonic.

Comment l’utiliser?

D’abord, il faut connaître quelques règles de sécurité!

  • Porter des gants en caoutchouc
  • Ne pas manipuler la poudre avec les doigts et rincer en cas de contact avec la peau
  • Ne pas manger / boire et contacter le centre antipoison en cas d’ingestion
  • Ne pas mélanger avec d’autres produits
  • Maintenir une concentration raisonnable du produit (jusqu’à environ 25 g par litre d’eau, ce qui est plus que suffisant pour la lessive)

Le percarbonate de soude s’utilise de plusieurs façons: on trouve en ligne des recettes pour faire du savon à lessive maison, on peut en mettre quelques cuillères à table dans la laveuse ou encore on peut y faire tremper sa lessive.

J’ai expérimenté les deux dernières méthodes:

  • Je mets deux ou trois cuillères à table dans toute brassée de linges de maison ou dans une brassée de vêtements sur lesquels j’ai vu des taches
  • Je le fais tremper lorsque j’ai une tache récalcitrante (si le textile sort d’une brassée de lavage avec percarbonate et que la tache y est toujours, qu’il y a du sang ou une tache de sudation très visible)

Le trempage est assez simple, mais nécessite un peu d’attente. Je conseille aussi de tester la recette à plus petite échelle si c’est votre première fois.

  1. En plus du percarbonate de sodium, il faut un grand récipient (j’utilise une casserole de 23 litres)
  2. Je remplis le récipient des tissus à faire tremper sans les compresser. Si la casserole est trop pleine, l’eau peut mal circuler, ce qui fera en sorte que la concentration du percarbonate sera inégale dans le récipient. J’ai fait cette erreur une fois: la concentration était si élevée par endroits que le tissu s’est décoloré
  3. J’ajoute le percarbonate de sodium (environ 125 mL si la casserole est pleine, soit environ 7 g par litre) et je couvre d’eau chaude qui favorise l’action du produit
  4. Je dépose ensuite un poids (généralement une assiette) sur les vêtements (ils ont tendance à gonfler lors du trempage).
  5. J’attends, généralement au moins 6 heures, en brassant à l’occasion (si j’y pense!)
  6. Je jette l’eau de trempage et je lave les tissus à la machine avec mon savon habituel.

J’espère que vous me pardonnerez d’avoir détruit le « miracle » du percarbonate de sodium et que je vous ai inspirés à l’essayer!

Sources

Cet article est le résultat de nombreuses recherches et se base sur les sources citées ci-dessous. Merci à Monsieur pour les livres. Les références spécifiques aux usages ménagers du percarbonate de soude qui ont une base scientifiques sont rares. Elles sont cependant un peu plus digestes que les autres et je les ai donc identifiées ci-dessous pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le sujet.

Références spécifiques aux usages ménagers

Bracken, J. D., & Tietz, D. (2005, mai). Analysis of OxiClean: An Interesting Comparison of Percarbonate Stain Removers. Journal of Chemical Education, 82(5), 762-764. Consultable à l’adresse http://www.umich.edu/~chemstu/content_weeks/F_06_Week11/pics_notes/Bracken_JCE_2005_p762_oxyclean.pdf

Petrovicova, E. (2011, novembre). Hydrogen peroxide in home-care formulations. INFORM magazine. Consultable à l’adresse https://www.aocs.org/stay-informed/inform-magazine/featured-articles/hydrogen-peroxide-in-home-care-formulations-november-2011?SSO=True

Autres références

European Centre for Ecotoxicology and Toxicology of Chemicals. (1993). Joint Assessment of Commodity Chemicals No. 22: Hydrogen peroxide. Bruxelles: ECETOC. Consultable à l’adresse http://www.ecetoc.org/wp-content/uploads/2014/08/JACC-022.pdf

Human & Environmental Risk Assessment on ingredients of European household cleaning products. (2002). Sodium percarbonate (CAS No. 15630-89-4). Consultable à l’adresse https://www.heraproject.com/files/6-F-04-HERA%20percarbonate%20full%20web%20wd.pdf

Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. (2007). Peroxyde d’hydrogène et solutions aqueuses. Consultable à l’adresse http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_123

McMurry, J., & Simanek, E. (2007). Chimie organique: Les grands principes (2e éd (français), 6e éd (américain)). (C. Darcel, & J. Uziel, trad.) Paris: Dunod.

Munn, S. j., Allanou, R., Ascheberger, K., F., B. F., de Bruijn, J., Musset, C., . . . Vegro, S. (2003). European Union Risk Assessment Report. Hydrogen Peroxide. CAS No. 7722-84-1. EINECS No. 231-765-0. Consultable à l’adresse http://publications.jrc.ec.europa.eu/repository/handle/JRC26024

O’Neil, M. (Ed.). (2006). The Merck Index: An Encyclopedia of Chemicals, Drugs, and Biologicals (14 éd.). Whitehouse Station, NJ: Merck & Co Inc.

Organisation de coopération et de développement économiques. (2004). Sodium Carbonate: CAS No: 497-19-8. UNEP Publications. Consultable à l’adresse https://hpvchemicals.oecd.org/ui/handler.axd?id=5a6538be-aa30-4a72-ad1c-906d9b5413bd

USDA AMS Agricultural Analytics Division. (2014). Sodium Carbonate Peroxyhydrate. Consultable à l’adresse https://www.ams.usda.gov/sites/default/files/media/Sodium%20Carbonate%20Peroxyhydrate%20TR%202014.pdf

2 commentaires sur « Le percarbonate de soude comme détachant (est-ce un miracle superpuissant?) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :