Réparer et entretenir son imperméable, probablement le vêtement le moins écologique de votre garde-robe

Tu es confortablement installé dans ta chaloupe entrain de titiller la truite quand la pluie se met à tomber. En toute confiance, tu enfiles ton fidèle imperméable pour te mettre à l’abri. Mauvaise surprise, l’eau semble avoir pénétré dans ledit imperméable, qui te colle à la peau et te donne envie de mettre fin à la journée de pêche incessamment. Et de jeter ton imperméable à la poubelle, ce qui, évidemment, n’est pas nécessaire et pas désirable.

D’abord, c’est relativement dispendieux. Il faudrait payer environ 189$ pour remplacer l’un de nos imperméables de marque Patagonia. Ensuite, Patagonia reconnaît que le traitement au fluorocarbone qui crée l’imperméabilité (et qui est utilisé par plusieurs manufacturiers) est problématique, mais n’a pas trouvé d’alternative viable. Les alternatives réduiraient la durée de vie du vêtement, ce qui crée d’autres problèmes. Avec aucune solution en vue, ça ne donne pas envie d’en acheter un nouveau.

Pour réduire notre impact et nos dépenses, on peut entretenir notre imperméable. On peut même réparer les petits trous tant qu’à y être!

Rerendre un imperméable… imperméable

Comment faire

C’est tellement simple que j’ai cru que c’était trop beau pour être vrai. Il suffit de mettre l’imperméable à la laveuse avec un nettoyant, puis, pour une deuxième brassée, avec l’imperméabilisant. On laisse sécher à l’air et puis voilà, il retrouve sa propriété imperméabilisante.

L’impression que j’ai eue en lisant les commentaires sur les produits est que tous les produits ne s’équivalent pas. Si vous êtes au Canada, celui qui, selon mes recherches, obtient les meilleurs notes et commentaires parmi les produits disponibles est le produit Nikwax.

Je l’ai essayé, un peu hésitante je dois l’avouer, mais (malgré son look un peu démodé) le produit remplit la promesse. Monsieur, qui porte son imperméable tous les jours, 3 saisons par année (automne, hiver, printemps) a constaté l’amélioration, qui s’est maintenue au cours des deux mois depuis le traitement. À voir pour la suite.

Ensemble Tech Wash et TX Direct

Pas très glamour, cet entretien d’imperméable, mais efficace. Pourquoi?

Comment ça fonctionne

Il faut savoir que le tissu imperméable est généralement composé de plusieurs couches. Considérons les deux couches du dessus, soit le tissu extérieur et la membrane imper-respirante qui se trouve juste en dessous.

La membrane imper-respirante est recouverte de petits trous: trop petits pour laisser passer une goutte d’eau, mais assez gros pour laisser passer la vapeur dégagée par le corps. Petit bémol, une goutte d’eau qui entre en contact avec cette surface s’étalera et bouchera tous les petits trous. La vapeur dégagée par le corps restera à l’intérieur du manteau, ce qui le fera coller à la peau et fera penser que l’imperméable laisse passer l’eau. Évidemment, cela n’est pas possible, car comme nous l’avons dit au début, les trous de la membrane sont trop petits. Mais pour l’avoir vécu avec mon imperméable, c’est vraiment à s’y méprendre!

Cette impression a tout à voir avec le tissu extérieur et son ami malicieux: le DWR (durable water repellent, hydrofuge longue durée). On peut imaginer le DWR comme une mer de petits parapluies à la surface du tissu extérieur, protégeant la membrane imper-perspirante. Tant que les parapluies se tiennent à la verticale, tout va bien: contrainte par le DWR, l’eau forme des gouttes au-dessus des parapluies, ceux-ci maintenant une (petite) distance entre l’eau et la membrane imper-perspirante, et la vapeur du corps s’échappe. Après de nombreuses grosses averses et tempêtes, les parapluies peuvent s’affaisser ou s’encombrer de débris: l’eau entre en contact avec la membrane imper-respirante qui ne peut plus laisser sortir la vapeur.

Illustratif de l’effet du DWR

Ici entrent en scène les produits nettoyants et imperméabilisants.

  • Le nettoyant retire les débris ou dépôts qui nuisent à la performance du DWR ou qui, en d’autres mots, encombrent les petits parapluies. Certains fabricants de vêtements imperméables recommandent de ne pas utiliser un savon à lessive régulier, pour éviter que ceux-ci laissent des dépôts, ce qui serait contre-productif. Est-ce vrai? Je devrai le tester.
  • L’imperméabilisant permet de renouveler la couche de DWR (ou en d’autres mots la flotte de parapluie). Certains blogueurs recommandent de nettoyer sans imperméabiliser, il semble que ce serait parfois suffisant. Je n’ai pas testé les deux produits séparément, donc impossible pour moi de vous le confirmer.

Réparer les trous d’un imperméable

Évidemment, les produits nettoyants et imperméabilisants ne sont pas une solution pour les trous qui pourraient se trouver sur un imperméable très usé. Ceux-ci doivent être réparés, par exemple avec une patch. Le produit proposé sur le site de Patagonia est un ensemble de patch de la marque Gear Aid. J’ai donc testé le ruban transparent de la même marque sur nos imperméables qui était beaucoup plus endommagés que je l’avais envisagé initialement.

Le ruban transparent était un choix naturel dans mon cas, avec deux imperméables de couleur différentes à réparer. La clé pour l’achat réside dans la planification. Ne faites pas la même erreur que moi: faites l’inventaire des trous à réparer avant d’acheter le ruban, cela vous évitera de devoir en recommander. Cet inventaire sera en plus utile lors de la pose du ruban pour s’assurer de ne rien oublier. On peut sous-estimer de beaucoup la quantité nécessaire: j’avais acheté un seul ruban alors que j’en ai eu besoin de trois!

Dans cet inventaire, j’ai inclus

  • Tous les trous qui paraissent de l’extérieur
  • Les trous visibles de l’intérieur (si la membrane semble déchirée)
  • Les endroits où le scellant des coutures s’est décollé

En essayant de placer les morceaux de ruban, il vaut mieux éviter de traverser une couture. Cela permet au ruban de mieux adhérer, mais évite aussi de devoir coller un ruban sur une surface courbée (particulièrement aux aisselles). Lorsque possible, le morceau de ruban devrait être 1-2 cm plus haut et plus large que le trou, particulièrement si une déchirure de la membrane est à risque de s’agrandir.

Le ruban n’est pas très difficile à installer, et une fois installé résiste aux intempéries (oui, même à -20C à Montréal en hiver, sous la neige, le ruban résiste). L’emballage vous promet des « réparations presque invisibles », ce qui est à mon avis un peu exagéré. La photo ci-dessous montre les réparations sur l’un des deux imperméables et la variation du fini est très évidente. Le ruban est aussi probablement un peu trop épais pour les endroits à reliefs, par exemple le coin d’une poche (sur la photo ci-dessous) ou l’intersection de plusieurs coutures. Le ruban reste en place pour l’instant à ces endroits plus difficiles, mais semble vouloir se décoller.

Au final je me demande si pour cette application, un simple ruban transparent pour les boîtes de déménagement n’aurait pas fait l’affaire. Question à suivre lors de la prochaine réparation, qui ne sera pas avant quelques années je l’espère.

Et voilà, pour environ 50$ nous avons deux imperméables en bon état et des produits nettoyants pour les garder dans cet état pour plusieurs années!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :